Publié le 13 octobre 2016

Colloque national AJE "Equation du futur : jeunes et emploi"
Rencontres

Un colloque préparé pour les jeunes et avec les jeunes !

Jeunesse et Entreprises a constitué des groupes d’étudiants issus de formations diverses (des formations d’ingénieurs aux sciences sociales en passant par les ressources humaines, les écoles de commerce, des classes de BTS) qui se sont réunis dans plusieurs régions de France. Tous ont émis des propositions pour répondre à « L’équation du futur : jeunes et emploi ».
En parallèle, un collectif d’entreprises a été réuni par AJE pour confronter leurs attentes à celle du panel d’étudiants. Le but est d’engager un véritable dialogue social sur le long terme entre les jeunes et les entreprises, un dialogue dont le point de départ est le colloque national d’AJE.

Plus que des questions, les étudiants ont surtout voulu délivrer des messages et des idées aux responsables du monde de l’entreprise, de l’éducation et de la sphère publique – en partant de leurs expériences vécues en entreprises – pour une meilleure information et formation des jeunes et à terme une meilleure employabilité

                                              

 En présence de personnalités du monde politique et économique : Clotilde Valter, Secrétaire d’Etat en charge de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Jean-François Carenco, Préfet de la région Ile-de-France, Eric Woerth, ancien ministre du budget et du travail, député-maire de l’Oise et Patrick Bernasconi, président du Conseil Economique, Social et Environnemental.

En présence des entreprises : BNP Paribas, ENGIE, Groupe Paprec, SNCF, Groupe Soufflet, Travel Factory et du CJD

Les jeunes proposent des suggestions pour une meilleure adéquation entre leur vie en formation et leur vie professionnelle :

– Que soit mise en place une journée de portes ouvertes des entreprises pour permettre aux enseignants et élèves/ étudiants de connaitre le cœur des entreprises, le fonctionnement, les différents services et activités, de rencontrer les personnels etc.

– Qu’un « book » avec le récapitulatif de leurs projets élaborés dans le cadre de leur formation puisse servir de référence au même titre qu’un CV et une lettre de motivation.

– Que les responsables d’entreprises soient sensibles à la formation de leurs tuteurs pour un accueil optimal des jeunes stagiaires, alternants et apprentis.

– Que les liens entre leurs enseignants et la sphère professionnelle soient renforcés pour une meilleure adéquation entre leur formation et les attentes des entreprises.

– Que les entreprises soient davantage « transparentes » sur leurs attentes (critères de sélection des candidats, perspectives d’évolution etc.).

En sortant du colloque, les entreprises de notre collectif adressent un message aux jeunes et s’engagent

7 conseils aux jeunes de la part d'AJE et des entreprises

Les entreprises sont conscientes que les bouleversements intervenus dans les modes de production et dans les manières de travailler vous inquiètent, vous déroutent et parfois peuvent vous décourager. Elles savent aussi que vous avez beaucoup d’idées pour faire évoluer les choses.

Aussi veulent-elles profiter de ce colloque pour vous adresser un message et réaffirmer leur ferme volonté de poursuivre et d’amplifier leurs initiatives afin de favoriser votre insertion professionnelle : c’est vital pour l’avenir de notre économie, de sa croissance et plus généralement de la société.

Les entreprises considèrent en effet que c’est un marqueur fort de leur politique sociale qui pourrait d’ailleurs figurer explicitement dans les critères de certification (norme ISO 26000). Elles sensibiliseront d’ailleurs l’ensemble des acteurs de leur chaîne de production et de distribution, fournisseurs et sous-traitants, à l’enjeu de l’emploi des jeunes.

Très sensibles aux interrogations que vous avez exprimées et aux propositions que vous avez formulées, elles ne veulent pas vous laisser repartir sans réponses, en particulier par rapport à trois de vos préoccupations qu’on peut résumer ainsi :

« On nous vante beaucoup les formations en alternance ; conduisent-elles vraiment au même type de parcours professionnel ? Peut-on clarifier les procédures ? »
« Nous ne connaissons pas l’entreprise, on nous parle des métiers pour nous diriger vers des filières professionnelles mais nous ne savons rien des enjeux, des contraintes, ni des modes d’organisation et de fonctionnement d’une entreprise. Peut-on mieux nous informer ? »
« On nous reproche souvent d’être une génération difficile à gérer : mais peut-on nous dire ce que l’entreprise attend de nous ? »

Sur ces trois sujets exprimés par un panel de plus de 100 jeunes dans toute la France, les entreprises répondent et disent aux jeunes :

1/ qu’elles vont améliorer la lisibilité de leurs offres d’emploi en alternance à travers des plates-formes ou des « market place » qui expliqueront les possibilités d’insertion durable avec des illustrations de parcours professionnels. Elles mettront leurs parties prenantes (fournisseurs, sous-traitants, partenaires associatifs, etc.) dans « la boucle ».

2/ qu’elles demanderont à leurs tuteurs d’aider l’alternant à se familiariser avec l’entreprise au-delà du seul encadrement de tâches spécialisées.

3/ qu’elles souhaitent favoriser des rencontres avec leurs collaborateurs qui iront dans leurs lycées, leurs IUT ou leurs universités pour y expliquer les réalités de l’entreprise et apporter des témoignages opérationnels. Elles les encouragent à le faire à travers des dispositifs comme la « réserve citoyenne de l’Éducation Nationale » ou d’autres formules de ce type.

4/ qu’elles accueilleront des groupes d’enseignants pour des « échanges-rencontres » sur les fonctions clés d’une entreprise comme le marketing, les RH, les Finances, etc. Afin de mieux diffuser une culture de l’entreprise

5/ qu’elles vous attendent, vous les jeunes, pour « faire bouger les lignes », pour diffuser dans l’entreprise des visions plus participatives du travail, et d’une manière générale pour « mentorer » nos salariés (reverse mentoring)

6/ que les qualités qui restent les plus primées sont la curiosité, l’inventivité, l’esprit d’entreprendre, l’empathie mais aussi la résilience dans des contextes économiques souvent tendus : ce sont toutes ces qualités que les entreprises apprécient et s’attendent à trouver chez vous, jeunes qui frappez à la porte d’une entreprise, grande, petite ou moyenne.

7/ qu’elles sont tout à fait conscientes de la nécessité de redéfinir les modes d’organisation et de management, pour sortir des « silos », et vous confer des travaux valorisants, pour vous épanouir au sein d’ensembles « agiles » et « réactifs ».

Le collectif des entreprises qui travaille avec AJE s’engage à mettre en oeuvre progressivement ces actions au niveau national et à travers les Clubs AJE régionaux, ainsi qu’avec les pouvoirs publics mobilisés sur la formation et l’insertion des jeunes.

Nous vous conseillons
Association Jeunesse Entreprises
Voir le profil